Amener à l'obéissance de la foi

Par Jésus Christ nôtre Seigneur nous avons reçu la grâce et l’apostolat, pour amener en son nom à l'obéissance de la foi tous les païens, parmi lesquels vous êtes aussi. (Romains 1, 5)
Partout où l'Évangile est proclamé, il faudrait aussi amener à l'obéissance de la foi ceux qui viennent à la foi en Christ. L’obéissance est une soumission à la volonté d’un autre ; avoir foi est une adhésion confiante en la parole de Dieu. Croire en la Parole de Dieu ne signifie pas s'attendre à quelque chose d'étrange, mais faire ce que l’on a entendu ou lu. C’est pourquoi l'apôtre Jacques écrit:
Ainsi en est-il de la foi : si elle n'a pas les œuvres, elle est tout à fait morte. (Jacques 2, 17)
Dans la foi en la Parole de Dieu réside la puissance pour accomplir ce qu’elle dit. Ce que l’on croit devient alors visible, aussi visible que la traversée du Jourdain par Israël :
Dès que les porteurs de l'arche touchèrent les eaux… les eaux d’amont s'arrêtèrent et se dressèrent en une seule masse à une très grande distance. (Josué 3, 14-16)
La rivière avait débordé les rives depuis quelque temps. Si les prêtres s’étaient arrêtés et avaient prié à genoux : « Dieu Tout-puissant, ouvre nous une voie sinon nous périssons », le peuple n'aurait jamais traversé le Jourdain. Avoir foi n’est pas attendre à ce qu'un événement se produise, que l'impossible devienne possible. Croire c’est œuvrer, agir. Parce qu’ils crurent la parole de Dieu, les prêtres entrèrent sans hésitation dans l’eau…  Et ce n’est qu’après avoir touché l'eau  avec leurs pieds le miracle se produit : les eaux se séparèrent et le peuple pu traverser le Jourdain à sec.
Les signes et les miracles sont très attrayants. Quand les gens entendent parler de telles choses, ils n’hésitent pas à consacrer leur temps et leur argent pour y assister. Ils croient plus facilement aux signes et miracles qu’à ces paroles de Jésus :
Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? (Johannes 11, 40)
Les païens de Rome qui se sont convertis, devenaient si obéissants que Paul n’hésita pas à leur rendit ce témoignage :
Le renom de votre obéissance s'est répandu partout et vous faites ma joie ; mais je veux que vous soyez avisés pour le bien et malhabiles pour le mal. (Romains 16, 19)
L'obéissance est de première importance pour les Croyants. L'obéissance de la foi en la parole de Dieu sort de la misère et du péché. C’est pourquoi, il faut que la Parole de Dieu soit prêchée et enseignée comme elle est écrite et non selon des conceptions, pensées et opinions humaines. Citer des écritures qui apparemment se contredisent ne sert qu’à répandre de l'incrédulité. Si l’on ne comprend pas comment les écritures s'accordent entre elles, il faut attendre à en parler jusqu’à ce que l'Esprit Saint révèle leur signification. Sinon, on appartient à ceux qui séduisent les cœurs simples par leurs discours doucereux et flatteurs.
Ces sortes de gens ne servent pas notre Seigneur le Christ, mais leur ventre, et par des discours doucereux et flatteurs séduisent les cœurs simples. (Romains 16, 18)
Les cœurs simples se laissent facilement séduire par des orateurs qui affirment : « Notre victoire est en Christ ; en Christ nous sommes sauvés ». Ces belles paroles ne sont qu’un paravent. Quand on regarde derrière les coulisses, on constate qu’ils n'obéissent pas à la Parole de Dieu, qu’ils suivent les convoitises de la chair, aiment le monde et ce qui est dans le monde, qu’ils sont arrogants, coléreux, immodérés, adultères et des choses semblables. Comment de tels « chrétiens païens » pourraient-ils amener ceux qui les entendent dans leurs églises à l’obéissance de la foi ? L’Évangile de Jésus Christ :
Aujourd'hui manifesté, et par des Écritures qui le prédisent selon l'ordre du Dieu éternel, porté à la connaissance de toutes les nations pour les amener à l'obéissance de la foi ; (Romains 16, 26)
Amener à l'obéissance de la foi, c'est inciter les saints et fidèles à conformer leur vie aux exhortations de la Parole de Dieu. Ce ne sont pas les prières, ni des réunions de prières qui nous font voir la gloire de Dieu, mais l'obéissance quotidienne envers les différentes paroles et l’enseignement de Jésus Christ.
En demeurant dans la Parole, en laissant la Parole de Dieu demeurer dans nos cœurs, nous partageons la puissance de l'Esprit pour surmonter les adversités, tribulations, souffrances et les épreuves qui surviennent. Nous apprenons à vivre dans l'Esprit et à marcher selon l'Esprit, à vaincre le mal, à être patient et humble.
Nous sommes témoins de ces choses, nous et l'Esprit Saint que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. (Actes 5, 32)
Quand surviennent les maladies, les tribulations, afflictions, chômages et autres adversités on organise des réunions de prière où l'on implore Dieu pour en être délivré ou soulagé. On s’accroche à certaines promesses de Dieu mais oublie de faire ce que l’on sait déjà qu'on devrait faire : Obéir à la Parole de Dieu pour produire le fruit de l'Esprit. On veut aller au ciel sans apprendre l’obéissance par les choses que l’on doit souffrir. Par conséquent, au lieu de prier Dieu d’enlever les tribulations, il vaut mieux lui demander l’aide pour faire sa volonté. Là où l’incrédulité prévaut, il est de notre ministère d'établir l'obéissance de la foi. Cela fait partie du mystère longtemps ignoré de Jésus-Christ.
Puisque les souffrances ne sont jamais plaisantes, beaucoup commencent aux premiers symptômes à murmurer et se plaindre comme les Hébreux dans le désert au point de vouloir retourner en Égypte – à l’ancienne vie. Ils avaient rêvé d’une vie sans souffrance, d’un agréable et miraculeux voyage vers la Terre Promise - le Paradis. Ils ne se souvenaient que des promesses de Dieu, mais oublièrent les conditions afférentes : l'obéissance. Devenus sourds, incrédules, désobéissants, ils sont morts dans le désert.
Notre nature, la chair, ne peut pas être transformée. Pour qu'elle perde son pouvoir, le vieil homme doit être crucifié et mourir. Cela apporte naturellement des souffrances, des occasions où nous apprenons à obéir au lieu de nous plaindre… Le développement est individuelle et dépend d’une fidèle obéissance.
C'est lui qui, aux jours de sa chair, ayant présenté, avec une violente clameur et des larmes, des implorations et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé en raison de sa piété, tout Fils qu'il était, apprit, de ce qu'il souffrit, l'obéissance ; (Hébreux 5, 7-8)
Tout au long de sa vie, Christ apprenait l'obéissance et fut, à travers elle, élevé à la perfection. Ceci est également notre vocation. Voilà pourquoi nous sommes invités à suivre ses traces. Christ n'a pas « tout accomplie » pour que nous n'ayons plus rien à faire mais pour nous donner les moyens de le suivre dans l'obéissance de la foi. Ainsi la Parole de Dieu devient aussi chair en nous.
Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire, gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. (Jean 1, 14)