Rendu à la vie

Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus À la vie avec Christ (c'est par grâce que vous êtes sauvés). (Éphésiens 2, 4-5)
La miséricorde de Dieu est si riche et généreuse qu'elle dépasse toute notre imagination. Lui seul pouvait se charger de nous conduire vers une vie nouvelle en Christ sans que nous y soyons pour quelque chose. Il n’y a pas de pécheurs - même les pires malfaiteurs - qui ne puissent passer de la mort à la vie dès lors qu’ils déplorent leurs péchés et se convertissent. Dans sa miséricorde Dieu incite l’homme à se détourner d’une conduite qui ne lui attire que malheur et la vengeance de ses semblables.

Enfants de colères

Nous tous aussi, nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres. (Éphésiens 2, 3)

Morts par les offenses

Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. (Éphésiens 2, 1-2)
Après avoir achevé la création du monde, Dieu vit tout ce qu'il avait fait et voici « cela était très bon ». (Genèse 1, 31) Oui, tout ce que Dieu avait créé était « très bon ». Les premiers humains étaient des êtres entièrement libres et n'assujettis ni au bien ni au mal. Ce n'est qu'après avoir accueillie la parole du diable que l’homme perdit sa liberté. En effet, la parole du diable est une semence si corruptible qu'elle engendre le péché et la mort en ceux qui la reçoivent et croient en elle.

Syndiquer le contenu