Parfaits et irréprochables

Que la constance s’accompagne d’une œuvre parfaite, afin que vous soyez parfaits, irréprochables, ne laissant rien à désirer. (Jacques 1, 4)
Quand on accorde imprudemment foi à tout ce que bien des prédicateurs et pasteurs peuvent dire et écrire, on conclue aisément que la miséricorde de Dieu pardonne et couvre tous les péchés, non seulement ceux commis autrefois dans l’ignorance, mais évidement aussi ceux que l’on va encore commettre en connaissance de cause. Et si l’on demande à ces hommes d’église s'il n'est vraiment pas possible de ne plus pécher, on reçoit habituellement comme réponse : nul n'est parfait sur terre, les croyants non plus, nous ne sommes que des hommes, nous sommes et resterons toujours des pécheurs.
Pourtant, la Parole de Dieu affirme le contraire. Elle montre clairement que quiconque remplit les conditions requises reçoit part aux promesses divines et peut devenir, comme l’exprime l’apôtre Jacques : parfait, irréprochable, ne laissant rien à désirer.
Jésus révéla à Nicodème, le Pharisien, qui vint le voir la nuit, que :
À moins de naître d'en haut, nul ne peut voir le Royaume de Dieu. (Jean 3, 3)
Autrement dit : les prédicateurs, pasteurs et scribes qui ne sont pas nés de nouveau sont incapables de voir le royaume de Dieu et, de ce fait, ils ne vivent pas non plus dans la justice, la paix et la joie. (Romains 14, 17)
Et lorsqu’on les questionne : comment être prêt pour le retour du Christ, ils n’ont pas non plus de réponse claire. Pourtant il est évident que pour être toujours avec Christ, il faut aussi lui ressembler : avoir un même entendement et vivre avec humilité, miséricorde et douceur. La vocation chrétienne est d’être parfait comme le Père céleste. (Matthieu 5:48) Autrement dit : laisser comme lui, rayonner sans cesse l'amour sur les bons et les mauvais, sur les justes et les injustes, et en toute circonstance surmonter le mal par le bien. C’est cela : être parfaits, irréprochables, ne laissant rien à désirer. Le contraire est de continuer à pécher, trébucher, chuter et toujours à nouveau demander pardon.
A celui qui peut vous garder de la chute et vous présenter devant sa gloire, sans reproche, dans l'allégresse… (Jude 24)
Qui peut nous garder de la chute? Jésus-Christ, évidemment ! Mais il ne peut le faire que si nous lui obéissons. C'est la seule façon pour obtenir l'aide nécessaire : c’est-à-dire la puissance de l'Esprit Saint qui œuvre en nous pour nous présenter devant sa gloire, sans reproche. Voila ce que signifie aussi être sel et lumière sur terre.
Les signes et miracles qui éblouissent les hommes ne sont ni le sel ni la lumière dont le monde a besoin. Seuls les saints et fidèles dont le cœur est rempli de l'amour de Dieu manifestent les vertus de Christ. Ils sont les témoins de l'œuvre miraculeuse que Dieu peut faire en ceux qui croient sa parole.
Pour obtenir une victoire complète sur le péché, il faut de la foi ; la force humaine est un obstacle. Nous le constatons avec le peuple d'Israël: Ce n’est pas à cause de leur faiblesse que la plupart ne sont pas entrés dans le pays promis, mais à cause de leur désobéissance et de leur incrédulité. (Hébreux 3, 19) Chacun connaît sa propre vie de foi. Une chose est se sentir indigne et faible, une autre est de croire la Parole de Dieu. La foi nous procure la paix dans les afflictions et les tentations et cela contribue à développer en nous le fruit de l'Esprit.
Il ni a pas seulement le monde impie qui sert Mamon, la chrétienté aussi aime l’argent plus que Dieu. Seuls les disciples de Jésus méprisent l'argent et ce que l'on peut obtenir avec de l'argent. Ils se caractérisent par leur reconnaissance. Mais si le moyen de subsistance devient plus coûteux ? Au lieu au lieu de protester, ils se contentent avec moins. Et si on les vole, ils espèrent que les voleurs en feront un meilleur usage qu'eux. Ce n'est jamais une perte de rester calme, reconnaissant, patient, aimable, juste et vrai. Mais trébucher, tomber, s’énerver et se mettre en colère est absolument faux.
Réveille-toi, ranime ce qui te reste de vie défaillante ! Non, je n'ai pas trouvé ta vie bien pleine aux yeux de mon Dieu. (Apocalypse 3, 2)
Bien des églises et communautés sont aujourd’hui en train de mourir. Elles passent comme l’Église de Sardes pour être vivantes, mais elles sont mortes : malgré leurs beaux rituels et les prédications soignées leurs œuvres et leur comportement ne sont pas trouvés parfaites.
La piété devient de plus en plus une source de profits. Comme des acteurs adulés dans ce monde, les prédicateurs cherchent à tenir des prêches enthousiastes, ils lisent des versets bibliques apaisants, citent des personnalités honorées par ce monde, tout en étant convaincus qu'il est impossible d'être parfaits, irréprochables, ne laissant rien à désirer. Ils trouvent même choquant que l'on puisse croire à la possibilité de devenir semblable à Christ et le suivre dans ses traces.
La vérité n’est pas humaine, elle est divine. Annoncer la vérité, même si elle ne plait pas, est une expression de l'amour ; taire la vérité ou la cacher c’est de la haine et de la lâcheté. Aimer c’est bien plus qu'un comportement poli et courtois. L'amour divin ne peut que donner, il donne tout : la vie, l’honneur, le nom. Croître c’est abonder dans l’amour.
Que Dieu lui-même, notre Père, et notre Seigneur Jésus aplanissent notre chemin jusqu'à vous. Et vous, que le Seigneur vous fasse croître et abonder dans l'amour que vous avez les uns envers les autres et envers tous, comme nous-mêmes envers vous : qu'il affermisse ainsi vos cœurs irréprochables en sainteté devant Dieu, notre Père, lors de l'Avènement de notre Seigneur Jésus avec tous ses saints. (1 Thessaloniciens 3, 11-13)
Abonder dans l’amour, être irréprochables en sainteté devant Dieu, signifie laisser le fruit de l'Esprit, les vertus du Christ, se développer et les faire goûter à son entourage, en particulier aux frères et sœurs dans la foi. Que c’est beau et vivifiant quand des salutations comme : mon cher frère, ma chère sœur expriment la vérité. Des cœurs remplies de l'amour de Dieu, ne peuvent qu’aimer tout le monde, même ceux qui ne nous apprécient pas.
Rien n'est plus mal compris que l'amour. L'amour humain exige et souhaite, cherche le plaisir et le divertissement, l’extase et l’ivresse… L'amour divin, au contraire, n’exige jamais ; Dieu est amour. (1 Jean 4, 8) L’amour vrai ne peut que donner. C’est pourquoi lorsque les pasteurs et autres dirigeants d’une assemblée exigent de leurs fidèles de l’obéissance, ils ne font qu’aggraver les situations. Le vrai amour ne dissimule pas non plus de dire la vérité de peur qu'elle puisse être mal comprise. Que répondrons-nous le jour du jugement si quelqu'un à qui nous n'avons pas dit la vérité nous demande « Pourquoi m’as-tu caché la vérité ? » Oui, pourquoi? Par crainte de la critique, par manque d'amour...
C'est une honte de se dire chrétien et de dissimuler la vérité, de se laisser mener par ses sentiments et ne pas tout faire pour aider les frères et sœurs et le prochain.
Être affermis et irréprochables en sainteté devant Dieu, signifie que nous soyons transformés et perfectionnés par l'action de l'amour divin. Alors, soyons reconnaissants pour tous les serviteurs de Dieu qui dans l'amour de Dieu n’hésitent pas à proclamer la vérité, mais aussi pour tous les frères et sœurs qui avec reconnaissance entendent et croient la vérité. L'amour divin agit des deux côtés :
Que le juste me frappe en ami et me corrige, que l'huile de l'impie jamais n'orne ma tête, car je me compromettrais encore dans leurs méfaits. (Psaume 141: 5)
Une telle réaction est tout à fait autre chose que d'être offensé.