Le ministère de la réconciliation

Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Et tout cela vient de Dieu qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. (2 Corinthiens 5, 17-18)
Celui qui s'est converti de tout son cœur à Dieu et qui est né de nouveau reçoit un magnifique ministère de Dieu : le ministère de la réconciliation. Contrairement aux ministères cités en Éphésiens 4, ce ministère est
ouvert à tous. A chacun en particulier ! Quel privilège ! Mais 
aussi une grande responsabilité !
Se réconcilier avec quelqu’un est à l’opposé de se brouiller, se séparer ou vivre en désaccord avec lui. Celui qui vit dans ce monde sans Dieu et ne cherche qu’à faire sa propre volonté est souvent à l'origine de heurts, de conflits, de disputes et de querelles. « Nous sommes malheureux » me confiaient dernièrement deux époux : « Nous nous disputons souvent pour un rien. » Quelle triste vie ! Quelle atmosphère pesante dans de tels foyers ! Mais béni soit Dieu ! Lui, il est toujours prêt à consoler ceux qui sont affligés. (Matthieu 5, 4) Aujourd’hui encore on peut venir à Jésus Christ, naître de nouveau, devenir son disciple et se réconcilier et avec Dieu et avec tous les hommes. Dès lors toutes choses deviennent nouvelles, tellement nouvelles que l’on désire que tous ceux qui nous entourent soient aussi réconciliés avec Dieu et les uns avec les autres.
Mais un ministère est bien plus qu'un simple désir ! C'est une fonction, un travail, qu’il nous appartient d’exercer dans la vie quotidienne où il y a tant d'occasions pour se montrer réconciliant et œuvrer à la réconciliation des uns envers les autres !
Cela ne vaut jamais la peine de se brouiller avec quelqu'un, et encore moins pour « un rien ». Et pourtant, ce sont souvent les choses terrestres, ces riens, qui sont à l’origine des divisions, des disputes, des colères, des médisances, etc. Un verre cassé, et c'est la dispute, voire la colère. Pour quelques centimes, d’aucuns se révoltent et se mettent en grève, calomnient et s'entretuent. Et que de ces « Chrétiens » qui approuvent (au moins partiellement) et se joignent aux manifestations protestataires.
Sans être réconciliés avec Dieu, nous ne pouvons être réconciliés les uns avec les autres, ni avec les différentes circonstances de la vie. Dieu a fait le premier pas en ne nous imputant pas nos offenses et en nous offrant de se réconcilier avec lui par Jésus Christ. De ce fait, nous aussi, nous sommes appelés à ne pas imputer aux autres leurs offenses. Exerçons ce ministère de la réconciliation en tout temps et tout ira pour le mieux.
Tel nous blesse ? Tel nous vole ? Tel nous frappe ? Tel ne nous salue pas ? Tel est injuste envers nous ? Ne leur imputons jamais ces choses ! Mais soyons de ces ambassadeurs de Jésus Christ qui invitent : Soyez réconciliés avec Dieu !
Être réconcilié avec tout et tous, et contribuer à réconcilier les hommes avec Dieu et entre eux est un ministère bénie.
Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu. (Matthieu 5, 19)
Qui prend ce ministère à cœur est réellement un serviteur de Dieu – un fils de Dieu !