Fidèle et Vrai

La foule s'étant rassemblée par milliers, au point qu'on s'écrasait les uns les autres, Jésus se mit à dire, et d'abord à ses disciples : ‘Méfiez-vous du levain - c'est-à-dire de l'hypocrisie - des Pharisiens’. (Luc 12, 1)
L'hypocrisie est un faux semblant honteux, néfaste et criminel ; un vice qui consiste à affecter des vertus et des sentiments que l’on n’a pas. L'hypocrisie est mensonger et très répandue parmi les personnes qui animent des conférences. Dans les réunions chrétiennes, les pasteurs et évangélistes affectent souvent des vertus qu’ils n’ont pas. Ils s’imaginent qu’une bonne apparence favorise leur ministère, sans se rendre compte que l'hypocrisie est perfide, néfaste et diabolique. En voulant passer pour bons, ils font par leur fausse vertu que les fidèles ne se fient plus à la véritable et s’habituent au mensonge. Beaucoup sourient comme des anges et séance tenante se mettent en colère comme des démons. L'hypocrisie agit comme levain :
Satan, le père du mensonge, ment sans paroles, par hypocrisie. C’est pourquoi Jésus met en garde la foule, mais surtout ses disciples appelés à être des lumières dans ce monde, à se méfier avant tout de l'hypocrisie. Cela comprend que l’on adore Dieu qui est Esprit, en esprit et en vérité. (Jean 4, 24) Ce ne sont pas des lieux particuliers, les coutumes et les rituels qui priment, mais l’attitude du cœur : on ne peut rencontrer le Véridique sans être vrai. Prêcher des choses qui ne viennent pas de la Parole de Dieu est humain, hypocrite, souvent mensonger et diabolique. Pourtant beaucoup de prédicateurs s’autorisent à exprimer leurs idées.
Si d’aucuns furent infidèles, leur infidélité va-t-elle annuler la fidélité de Dieu ? Certes non ! Il faut que Dieu soit véridique et tout homme menteur, comme dit l'Écriture. (Romains 3, 3-4)
Que tout homme soit menteur, par rapport à Dieu, ne signifie nullement qu’il doit le rester, au contraire : sa vocation est d’être saint. Mais cela ne se réalise pas par l’hypocrisie et le mensonge. Certes, l’homme est par nature incapable d’exprimer les réalités exactement ; en ce sens qu’il est menteur, donc imparfait. Mais il serait triste qu’un disciple ne travaille pas à éliminer (faire mourir) ces imperfections que sont les actions du corps (Romains 8, 13) et qu'il mente encore délibérément.
Je me suis gardé de vous être à charge, et je m’en garderai… Pourquoi ? Parce que je ne vous aime pas ? Dieu le sait. Et ce que je fais, je le ferai encore, afin d'ôter tout prétexte à ceux qui en voudraient un, pour être trouvés nos pareils sur le point où ils se glorifient. (2 Corinthiens 11, 9-12)
‘Se garder’ signifie ici, ne pas se comporter comme ces prédicateurs qui se vantent d’être comme l’apôtre Paul et ses collaborateurs. En affirmant : Je me suis gardé de vous être à charge, Paul ôte aux ouvriers trompeurs, dont la piété n’est qu’une source de gain, le prétexte de s’afficher comme apôtres. Certains ministres se déguisent non seulement en apôtres et prophètes, ils se croient mêmes supérieurs aux originaux.
Ces gens-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, qui se déguisent en apôtres du Christ. Et rien d'étonnant : Satan lui-même se déguise bien en ange de lumière. Rien donc de surprenant si ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice... (2 Corinthiens 11, 13-15)
Pour se garder des faux apôtres et ouvriers trompeurs, il faut choisir à n’écouter que des serviteurs de Dieu dont la vie est en harmonie avec celle de Christ et ses apôtres. Trop de prédicateurs se comportent de nos jours comme des acteurs de spectacles. Mais derrière ce décor, dans la vie quotidienne, ils sont loin de se comporter comme Paul et Christ. Leurs spectacles ne sont qu’une hypocrisie religieuse.
Rejetez tout cela : colère, emportement, malice, outrages, vilains propos, doivent quitter vos lèvres ; ne vous mentez plus les uns aux autres. Vous vous êtes dépouillés du vieil homme avec ses agissements. (Colossiens 3, 8-9)
Bien que cela fasse partie des principes élémentaires du chrétien, beaucoup de croyants ne sont pas au clair concernant : le vieil homme. C’est dans le baptême dans la mort de Christ que l’on dépose le vieil homme avec ses œuvres. Les œuvres de la chair que sont : adultère, impureté, débauche, idolâtrie, magie, haines, discorde, jalousie, emportements, disputes, dissensions, scissions, sentiments d'envie, orgies, ripailles et choses semblables. (Galates 5, 19-21) Le baptisé n’étant plus asservis au péché peut alors vivre cette vie nouvelle où se forme et manifeste le fruit de l’Esprit : charité, joie, paix, longanimité, serviabilité, bonté, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi... (Galates 5, 22-23)
Je connais ta conduite, tes labeurs et ta constance ; je le sais, tu ne peux souffrir les méchants : tu as mis à l'épreuve ceux qui usurpent le titre d'apôtres, et tu les as trouvés menteurs. (Apocalypse 2, 2)
L'église à Éphèse fut complimentée pour ce qui était bon mais aussi blâmée pour ses manquements. Bon était que le responsable éprouva ceux qui usurpent le titre d'apôtres et les dévoila comme menteurs. Qu’il fut loué pour cela montre qu'il n'est pas facile à dévoiler les faux apôtres et ouvriers trompeurs. Car beaucoup sont si éloquents pour parler de signes et miracles que les auditeurs aveugles se mettent à chanter, crier et danser. Mais mêmes les plus beaux rêves prennent fin lorsque la vie quotidienne avec ses tribulations et ses adversités reprend son cours. Et lorsque les hypocrites promesses ne s’accomplissent pas, bien des croyants se sentent trompes et perdent la foi.
Si au lieu d’entendre parler de la grandeur et la puissance de Dieu révélées dans les merveilles de la nature, les auditeurs avaient entendu : Celui qui ne porte pas sa croix et ne me suit pas ne peut pas être mon disciple, ils auraient pu se convertir en connaissance de cause. Mais pourquoi, les prédicateurs annoncent-ils un Evangile sans conditions ? Parce que dans les assemblées locales, même les fidèles les plus assidus sont souvent tout, sauf bienheureux.
Dieu résiste aux orgueilleux, mais c'est aux humbles qu'il donne sa grâce. (1 Pierre 5, 5)
Les disciples de Christ ont vocation d'être rachetés d’entre les hommes comme prémices pour Dieu et pour l'Agneau. Ce que cela sous-entend, l'apôtre Jean le vit dans une vision où l'Agneau se tenait sur la montagne de Sion avec les prémices. D’eux il est dit:
Jamais leur bouche ne connut le mensonge : ils sont immaculés.
(Apocalypse 14, 5)
Les prémices sont fidèles, sans mensonge, sans hypocrisie, immaculés. Durant leur vie sur terre ils ont appris par l’obéissance de la foi à être fidèles et vrais. Mais comme la foi vient de ce qu’on entend, il n’est pas étonnant que les nombreux croyants qui n’ont jamais entendu le véritable Évangile ne puissent que rêver du paradis.
Alors je vis le ciel ouvert, et voici un cheval blanc ; celui qui le monte s'appelle ‘Fidèle et Vrai’, il juge et fait la guerre avec justice. (Apocalypse 19, 11)
‘Fidèle et vrai’ caractérise parfaitement la vie de droiture que Jésus Christ a vécue sur terre. De même que la grâce de Dieu a œuvré en lui pour le rendre parfait (Hébreux 5, 9) elle œuvre de même en l’épouse pour la rendre, elle aussi, comme l’époux : ‘Fidèle et Vrai’.